News

Rugby, 16ème finale aller, Fédérale 2 : Mistral gagnant

Published on 30 avril 2012 under Rugby

l'US Annecy toujours aussi soudé - © TORCHIO Sébastien

St Savin Sportif 26-36 US Annecy

Pas le temps de faire une pause dans cette fin de championnat échevelée. A peine vient-on d’achever la phase qualificative que les 32 meilleures équipes de Fédérale 2 étaient appelées à disputer dès ce dimanche les 16ème de finale de la compétition sur deux manches, le match retour étant disputé sur le terrain du club le mieux classé à l’issue des phases de poule. Sortie en 2ème position de la poule 3, l’US Annecy héritait donc du 3ème de la poule 4, à savoir le Saint Savin Sportif, une vieille connaissance du XV haut savoyard tant les 2 adversaires du jour ont été amenés à croiser le fer au cours de ces dernières années avec un certain bonheur pour les annéciens puisque ces derniers ont pris l’habitude de s’imposer face au XV isérois, y compris dans son antre du Stade de l’Eglise où Annecy reste sur 2 victoires. Les 2 fois en préambule aux accessions en Fédérale 2, puis en Fédérale 1 il y a 2 ans. Heureux présage ? Bien trop tôt pour le dire surtout que Saint Savin est une équipe accrocheuse, très difficile à manœuvrer cette saison sur son herbe puisque seul Chambéry s’y est imposé d’une courte tête en phase de qualification. Ayant rempli son contrat avec cette participation aux phases finales, dépourvu de toute obligation de résultat mais pas d’ambition, Saint Savin, le petit poucet du Secteur Sud-Est, avait la ferme intention de s’offrir le scalp d’un ex-pensionnaire de Fédérale 1 et de s’adjuger en conséquence au moins l’une des 2 manches de cette confrontation, histoire de préserver toutes ses chances de qualification en vue du match retour. Y a pas de doute, cette paroisse du Nord-Isère n’avait pas l’intention de tomber sans combattre sous le feu de l’assaillant haut savoyard venu en nombre.

Car l’équipe « réserve » annécienne était également sur le pont, également au titre des 16ème de finale du championnat mais sa qualification pour le tour suivant se déroulait sur terrain neutre et sur un match sec. Voilà comment, Annecy était appelé à rencontre Aubenas en ouverture de cette journée ensoleillée mais fortement ventée. Pour une équipe comme Annecy qui a actuellement le vent en poupe au terme d’une phase retour pavée de nombreux succès, pas question de se laisser perturber par ces conditions de jeu bien délicates. Sur ce type de confrontation éliminatoire, la différence se fait essentiellement sur 3 points : la nécessité d’avoir une bonne conquête, une excellente défense et un très bon artilleur. Et ce dimanche, Annecy avait tout cela et bien d’autres choses encore. Car cette rencontre est demeurée longtemps indécise, tant les annéciens parvinrent à proposer de belles initiatives de jeu afin de se dégager de la pression exercée par des ardéchois bénéficiant le plus souvent de l’appui du vent durant ce premier acte. Efficace en conquête, alternant jeu au large, jeu au près et ballons portés, Annecy parvenait à force de patience à trouver des décalages dans le rideau défensif albenassien. Seul un manque de vitesse d’exécution et de nombreuses tentatives albenassiennes pour gratter des ballons au sol, empêcheront les alpins de concrétiser cet esprit d’initiative. Car en dépit d’une excellente possession de balle, de nombreuses offensives bien conçues mais pas toujours bien terminées, Annecy demeurait à portée de fusil d’Aubenas. Et quand les ardéchois connurent un gros temps fort à l’approche de la demi-heure de jeu, Annecy se fit reprendre au tableau d’affichage, Aubenas étant parvenu à profiter d’un carton blanc de RIGNAC pour pilonner la défense alpine et la déborder par l’entremise de son ailier droit qui ira à dame au terme d’une longue séquence offensive ardéchoise. Heureusement, la morale de ce premier acte sera sauve, car FOPPOLI ajustera une troisième fois la mire pour permettre à ses couleurs de virer en tête à la pause sur le score de 9 à 7.

De bon augure alors qu’Annecy pouvait sereinement envisager la suite, portée par le vent. Et pour ce faire, le pack haut savoyard va poursuivre son travail d’usure en redoublant d’ardeur sur les zones de contact, en imposant un combat plus intense encore à son adversaire ardéchois. En multipliant les coups de boutoirs, les percussions, les ballons portés, en intensifiant son pressing défensif pour étouffer toute tentative de relance de l’arrière ardéchois qui en piaffait pourtant d’envie, Annecy va sérieusement limiter les intentions de jeu albenassiennes et laminer la résistance d’un pack ardéchois bien moins compact et solidaire. Ces derniers tentèrent malgré tout quelques relances lointaines, de relever le défi du combat proposé mais jamais les ardéchois ne parviendront à installer leur rugby, devant s’en remettre à la botte précise et puissante de leur ouvreur pour rester coller aux baskets du XV haut savoyard. Ainsi, Aubenas parviendra à se maintenir devant au tableau de marque grâce à un drop puis à une pénalité de leur ouvreur en réponse à une pénalité de FOPPOLI (12 – 13). C’était avant que Annecy ne parvienne à faire définitivement déjouer son adversaire et ne profite pleinement d’une touche longue jouée par les ardéchois à proximité de leur en-but, tellement longue qu’elle profita à RIGNAC, placé en fond d’alignement, qui poussera dans la foulée une charge victorieuse jusque dans l’en-but ardéchois et inscrire ainsi un essai libérateur. Avec la transformation de FOPPOLI, Annecy menait alors par 19 à 12. Et ce n’était pas terminé. Car Annecy prenait de plus en plus l’ascendant sur son adversaire ardéchois qui ne parvenait pas à se défaire du pressing défensif haut savoyard, en s’investissant sur le combat au sol, en se montrant également bien plus discipliné. De quoi armer le pied de FOPPOLI qui, s’il eut le malheur de taper 2 fois les poteaux sur des tentatives lointaines, fit parler la poudre en rentrant 2 nouvelles pénalités lointaines d’un coup de botte assuré. Menant désormais par 25 à 13 à une poignée de minutes de la fin du temps réglementaire, Annecy entrevoyait de plus en plus clairement les rivages de la qualification. A condition, toutefois, de bien enrayer les derniers assauts ardéchois. Ces derniers se lancèrent alors dans un sympathique baroud d’honneur qui trouva sa juste récompense dans un joli essai inscrit en puissance par la 3ème ligne ardéchoise qui ramenait ses couleurs à la portée d’une éventuelle qualification. Car menées seulement de 5 points et par 25 à 20, Aubenas avait ravivé un espoir bien chancelant de qualification mais la défense haut savoyarde, la plupart du temps irréprochable hier après-midi, ne laissera plus rien passer et parviendra à contenir sans trop de frayeurs les dernières velléités ardéchoises pour assurer sa qualification pour les 8ème de finale en disposant finalement d’Aubenas sur le score de 25 à 20. En affichant rigueur et application, Annecy venait de gagner le droit de défier très certainement La Voulte-Valence, vice champion de France sortant, au prochain tour.

C’était ensuite à l’équipe fanion d’entrer en piste pour son 16ème de finale d’un genre un peu particulier dans la mesure où cette confrontation se déroule par match aller et retour et que ce sont les points terrains qui priment sur les écarts entre les 2 adversaires pour désigner l’équipe qualifiée. Cette formule implique donc une grande justesse tactique afin de se montrer capable de surprendre l’adversaire sans déjouer soi-même. Ainsi, Annecy venait quérir ni plus ni moins que la victoire en terre sainsavinoise ou à défaut le point de bonus défensif dans l’optique du match retour qui se déroulera dimanche prochain en Haute Savoie. Pour ce faire, l’effectif était quasiment au complet à l’exception de LARGUET, blessé de longue date, de CABARET et de AVETTAND, permettant au staff technique annécien de disposer d’un large choix à l’heure de gérer l’état de fraîcheur des troupes disponibles. Car pour cette 7ème rencontre consécutive, on notait la rentrée des cadres mis au repos la semaine dernière à Montélimar, à savoir JORDAN, LALOO, CHARVAT, DONZE, L’HOSPITAL et DUMOULIN, la titularisation de KUTIL et le retour de blessure de FROMONT qui reprenait sa place au  poste de dernier rempart de la défense haut savoyarde. De quoi aborder ce match avec confiance et optimisme pour des annéciens qui restent sur une série de 5 victoires sur les 6 dernières rencontres et qui ont bien l’intention d’entamer ces phases finales du bon pied.

Et bien que débutant face au vent, Annecy va parfaitement réussir son entame de match. En effet, le cap des 10 minutes de jeu sera à peine écoulé que Annecy aura pénétré déjà à deux reprises dans l’en-but nord-isérois. A chaque fois d’ailleurs en exploitant le même type de situation, à savoir la pénaltouche. Ainsi, après 2 conquêtes propres de l’impeccable DONZE, le XV haut savoyard va embrayer 2 ballons portés dont il a le secret pour envoyer KUTIL tout d’abord (4ème), L’HOSPITAL ensuite (9ème) inscrire en force deux essais qui concrétiseront le jeu de puissance installé par les alpins au coup d’envoi, leur permettant ainsi de faire la course en tête et de mener sur le score de 10 à 0. Ce faisant, Annecy avait mis d’entrée la tête sous l’eau au pourtant redoutable pack sainsavinois proprement pris à défaut sur son point fort, dominé par l’impact physique des montagnards, tanguant sous les poussées de la mêlée haut savoyarde, obligé de parer au plus pressé face aux nombreuses percussions d’un pack « bleu et blanc » évoluant uni comme un seul homme sous la houlette du commandant LALOO. Le XV haut savoyard avait sorti le bleu de chauffe, ne recherchait pas systématiquement à mettre du mouvement et du rythme pour limiter les possibilités de contres adverses, mais une grosse intensité physique afin d’entamer la résistance du pack local. Annecy avait décidé de se montrer pragmatique en ayant en tête de capitaliser au maximum chaque temps fort en prévision de la tempête locale susceptible de se lever à tout instant. Heureusement, les sainsaviois revinrent dans la partie progressivement, voire presque timidement mais en faisant preuve de méthode, c’est à dire en commençant par se rassurer sur les fondamentaux de ce sport. En conquérant des ballons de plus en plus propres, en se rassurant autour de quelques mauls maison, en rééquilibrant les forces en présence dans le secteur de la mêlée, Saint Savin allait commencer à mettre le nez à la fenêtre. Si leurs tentatives de jeu déployé se heurtaient à une défense annécienne bien en place, leurs initiatives allaient néanmoins pousser les annéciens à commettre quelques fautes, donnant ainsi l’occasion à PETETIN de faire admirer la qualité de son coup de botte de loin (20ème) comme de près (26ème) permettant à ses partenaires de revenir lentement mais sûrement à 4 points des annéciens (6 à 10). Pas suffisant toutefois pour contrecarrer les intentions des alpins qui continuaient à porter le fer dans les zones de combat, enchaînait les percussions au ras et les ballons portés, contraignant ainsi les locaux à demeurer plus souvent sur la défensive. Et cette tactique va porter ses fruits en fin de mi-temps. Car dans l’intervalle, les artilleurs de chaque camp vont continuer à faire parler la poudre. A un magnifique drop de PETETIN (32ème) botté des 40m, JORDAN répliquera également par un drop botté des 35m face (29ème) puis par une pénalité enquillée depuis le coin gauche du terrain (34ème) permettant à Annecy de demeurer en tête sur le score de 16 à 9. Jusqu’à cette nouvelle pénaltouche jouée aux 15m locaux conquise proprement par DONZE pour donner naissance à un maul qui mit la marche avant au pas de charge et permit à KUTIL d’aller une seconde fois à dame, le jeu de puissance annécien ayant fait merveille sur le coup (39ème). Avec la transformation de JORDAN bottée du bord de la touche, Annecy menait alors par 23 à 9 et semblait avoir fait le break, même si PETETIN, sur une dernière pénalité bottée du milieu du terrain, permettra à Saint Savin de n’être mené finalement que par 23 à 12 aux citrons. Une mi-temps qui sera particulièrement bienvenue pour les locaux pour reprendre leurs esprits et leur souffle alors qu’ils semblaient asphyxiés par l’intensité mise par les visiteurs dans le secteur d’un combat qu’il leur avait proposé à outrance en multipliant les zones de défi physique.

Mais Annecy ne sait pas faire que cela. Et dès la reprise, le XV bleu et blanc allait dévoiler une autre facette de son jeu en déployant davantage de jeu. Et la première attaque faillit faire mouche, CHARVAT mettant le feu dans la défense nord-iséroise appuyé par un relais de SERIEYS puis de DONZE qui échappera le ballon au moment de pénétrer dans l’en-but visiteur (42ème). Et paradoxalement, c’est au moment où Annecy élargissait son horizon offensif mais venait de rater l’occasion de tuer le match que Saint Savin va redresser la situation au triple galop et renverser le cours d’une partie qui semblait devoir s’écrire sans la moindre surprise. Et la révolte va venir d’un ballon remonté sur 60m par 15 garçons remontés comme des coucous, qui vont enchaîner percussions et jeu au large, les temps de jeu dans le fermé et dans le grand champ pour permettre à SITTERLIN, venu comme un avion à hauteur de ROCHE, de déchirer définitivement la défense annécienne en plein cœur et de filer sur 20m inscrire un superbe essai qui redonnait espoir à tout un public dans la foulée de la transformation assurée par PETETIN (19 – 23 à la 45ème). Et voilà que soudainement, Saint Savin prenait feu, se montrait euphorique, porté par son insouciance, son envie, sa rage de vaincre. Dans le sillage d’un pack retrouvé après avoir pourtant énormément subi, qui délivrait de bonnes munitions à une cavalerie qui avait faim de ballons, les locaux se donnaient le droit de croire à l’improbable. Ainsi, ce fut une pénaltouche captée par CHABERT et transformée en maul pénétrant qui s’arrêta aux portes de l’en-but annécien (49ème). Dans la foulée, c’est un départ de ROBERT dans le fermé qui semblait gagnant mais qui avorta sur une interception bienvenue de MARIN qui remonta le ballon sur 50m pour faire rebondir cette improbable relance mais l’action échoua sur un ballon échappé par VIGNE au centre du terrain (50ème). Le feu couvait toujours et va embraser la pelouse sur cette mêlée disputée à l’entrée des 22m annéciens, prétexte à une attaque au large en 1ère main qui verra SITTERLIN s’intercaler avec à propos pour déchirer une nouvelle fois la défense haut savoyarde et filer inscrire son second essai personnel qui permettait à Saint Savin de passer devant au score avec la transformation de PETETIN (26 – 23 à la 54ème). Quelle était belle cette réaction nord-iséroise, récompensée par deux magnifiques réalisations. Et Annecy, un temps déboussolé par tant d’enthousiasme va parvenir, non sans mal, à stopper l’hémorragie, à remettre la main sur le ballon et revenir s’installer dans le camp sainsavinois en s’appuyant du vent qui contraignait les locaux à de nombreuses et fatigantes remontées de terrain. Au fur et à mesure que Saint Savin perdait de sa lucidité, Annecy imposait de nouveau sa force, sa méthode, se bornant à ne plus laisser d’espaces entre ses lignes et à reprendre sa progression avec calme et sang froid. JORDAN revint d’abord en piste pour passer une belle pénalité des 50m et remettre les 2 équipes à égalité (26-26 à la 60ème). Puis sur une balle volée à l’alignement isérois, c’est RUYS qui sonna la charge et permettra au pack annécien de pilonner la ligne d’en-but locale sans succès (65ème). Mais avec patience, Annecy bonifiera une mêlée jouée aux 10m locaux par de multiples percussions au près avant de tenter sa chance plus au large par JORDAN qui fut stoppé près de la ligne d’en-but mais reçu l’appui de LALOO pour faire rebondir cette offensive pour une ultime charge de L’HOSPITAL qui inscrira le 4ème essai haut savoyard, son 2ème essai personnel en ce dimanche. Avec la transformation de JORDAN, Annecy menait par 33 à 26 (68ème). Cette fois, Annecy semblait avoir douché les derniers espoirs locaux, tentant même d’appuyer encore un peu plus sur le champignon pour aller inscrire un 5ème essai, éventuellement synonyme de bonus offensif à l’image de cette percée rageuse plein champ de DUMOULIN poursuivie par un ballon botté à suivre trop long (75ème). Mais, plus sagement, JORDAN d’un dernier coup de botte, préféra assurer la victoire alpine sur un score final de 36 à 26, privant ainsi Saint Savin du point de bonus défensif qu’il détenait afin de ne pas aborder le match retour en trop fâcheuse posture.

Ainsi, Annecy a parfaitement rempli son contrat, entrant de plein pied dans cette dernière ligne droite de la compétition de la meilleure des façons en signant une belle victoire avec la manière et ce, au terme d’un match de qualité face à un adversaire valeureux et généreux qui aura donné bien du fil à retordre aux hommes de Romain AUGER et de Franck LORBOIS. En mettant à mal le pack des isérois, leur point fort, en se basant sur un schéma de jeu moins ambitieux que d’habitude mais plus sécuritaire afin de ne pas s’exposer aux contres d’un adversaire redoutable en la matière, Annecy a parfaitement bien mené sa barque, inscrivant quand même plus de 30 points à l’extérieur et à Saint Savin (du jamais vu cette saison) tout en parvenant à éteindre l’enthousiasme d’un adversaire devenu incandescent au plus fort de sa révolte, faisant preuve en cette circonstance d’une belle cohésion, d’une remarquable esprit de sacrifice et de réelles ressources physiques et surtout mentales pour ne pas céder à la panique alors que le match prenait un vent mauvais après un départ pourtant idéal. Certes, le bateau annécien a tangué dans la tempête, mais il ne s’est pas échoué et continuer à naviguer au cap avec vue sur la qualification qu’il faudra valider la semaine prochaine.

Fatalement, ce match retour ne sera absolument pas abordé la fleur au fusil tant les nord-isérois ont montré leurs capacités à produire du jeu même aux moments où on ne les en croyait plus capables. Et justement, c’est un beau challenge que Saint Savin devra relever : venir s’imposer de 11 points sur les bords du lac et mettre ainsi un terme à l’invincibilité des annéciens sur leur herbe. A l’impossible, nul n’est tenu mais avec du cœur, ces sainsavinois sont capables de réaliser de belles choses, à l’exemple de leur belle victoire décrochée à La Voulte-Valence en phase de poule et qui leur avait ouvert les portes de la qualification.

Tagged: , , , , , , , , , ,