News

Rugby, 8ème finale retour, Fédérale 2 : Tel est pris celui qui croyait prendre…

Published on 21 mai 2012 under Rugby

… la Fédérale 1, c’est pour Annecy ! !

l'US Annecy retrouve la fédérale 1- © TORCHIO Sébastien

RC Aubenas 10-16 US Annecy

Dire que les 80 minutes initiales disputées entre Annecy et Aubenas à l’occasion de leur 8ème de finale aller, n’avaient pas permis à l’un des protagonistes de prendre une option sérieuse sur la qualification, était parfaitement exact. Par contre, ce match aller disputé en Haute Savoie avait au moins permis aux entraîneurs annéciens et à leurs joueurs de se forger une plus juste opinion des forces et des faiblesses de l’opposition proposée par le RC Aubenas. Et puis surtout, cette rencontre a permis au XV haut savoyard d’aborder ce match retour avec un petit pécule de 7 points d’avance, insuffisant pour vouloir en assurer sa gestion en terre ardéchoise mais loin d’être malgré tout négligeable tant il obligeait d’emblée les albenassiens à faire le jeu sans trop se découvrir pour refaire leur handicap, un exercice pas forcément facile à maîtriser. Autant dire que la pression était terrible sur les épaules locales en ce dimanche surtout que la montée se déciderait finalement au cours de ces 80 dernières minutes. C’est pourquoi Annecy s’attendait à devoir livrer un maousse combat pour empocher sa qualification et ce, d’autant plus que le Stade Marquand était plein jusqu’à la gueule, chaud comme la braise pour pousser ses ouailles vers la victoire. Dans ce contexte bouillant et passionné, Annecy se présentait avec son collectif habituel, désormais parfaitement rodé et galvanisé par le retour dans le groupe de l’expérimenté FROMONT, titularisé en dernier rempart, et du grand ordonnateur de la conquête en touche, PERRET, placé en réserve de la république. Dans le même temps ce sont GIDEL et AVETTAND qui devaient prendre place en tribune pour assister à cette rencontre explosive. En dépit de la pluie battante tombée juste avant le coup d’envoi, les albenassiens promettant l’enfer dans leur antre et une toute autre opposition que celle aperçue la semaine dernière au Stade des Fins. On allait voir le vrai visage du XV local.

Et pour le coup d’œil, ce sont plutôt les supporters annéciens qui se sont rincés l’œil. Si Annecy avait réalisé une entame de match catastrophique au match aller, voilà que les albenassiens ont joyeusement pédalé dans le potage pendant tout le premier acte, Annecy réalisant pour l’occasion une entame de match canon. En imprimant d’entrée de jeu leur impact physique aussi bien individuellement que collectivement à des albenassiens apparus rapidement très fébriles, en imposant un intense pressing défensif aux attaquants locaux, en pratiquant un jeu simple, sans fioritures et direct à base de chandelles bottées haut dans le ciel pluvieux ardéchois afin de s’adapter au mieux aux conditions météorologiques du moment, Annecy allait mettre sur le reculoir le collectif albenassien dès lors plongé en plein doute. S’appuyant sur une conquête fiable et performante, et soumettant les ardéchois à un intense combat physique les forçant à se consommer en grande quantité sur les points d’impact, Aubenas vivait un début de rencontre particulièrement inconfortable, coupable de nombreuses maladresses, de diverses approximations techniques et bien en peine de trouver une faille dans la muraille dressée efficacement par le collectif  haut savoyard apparu extrêmement décomplexé. Puisqu’il fallait aux annéciens livrer un gros combat pour espérer se qualifier, Annecy avait dépêché une escouade de guerriers animés par des qualités de générosité au combat, d’intensité dans les zones de défi physique, prêts à tous les sacrifices pour devenir la première équipe à s’imposer en terre albenassienne cette saison. Evoluant comme un bloc compact, solide et solidaire, Annecy dégageait une impressionnante sensation de puissance au travers de la salve de placages offensifs assénés aux ardéchois, de l’utilisation précise et efficace des ballons récupérés au cœur des zones de combat. S’adaptant parfaitement au ballon et au terrain glissants, Annecy s’est engagé sur la voie d’un rugby simple, sans prise de risque excessive à même de lui permettre de conserver efficacement le ballon et de dicter le tempo de cette rencontre. Et quand le réalisme est en plus de cela au rendez-vous de la recette employée, Annecy avait là matière à renforcer ses chances de qualification. Car cet espoir de qualification synonyme d’accession n’avait jamais été aussi proche de devenir réalité après que JORDAN eut cadré très rapidement 3 pénalités sanctionnant autant la maladresse que l’indiscipline locale (2ème, 13ème et 25ème) et que CHARVAT soit parvenu à exploiter un ballon tombé par l’attaque ardéchoise puis transformé au large pour prendre de vitesse la défense albenassienne et aller inscrire en coin droit un essai mêlant opportunisme, rapidité et justesse tactique, Aubenas évoluant alors en infériorité numérique en raison d’un carton jaune infligé à BAURES (19ème). Signe de la détermination sans faille du groupe haut savoyard, le jeune centre annécien se blessera sérieusement au genou sur l’action en ayant voulu franchir coûte que coûte l’en-but adverse en dépit de placages appuyés de la part de la défense locale. Ainsi, après 30 minutes de jeu et avec la difficile transformation de l’essai assurée par JORDAN du bord de la touche, Annecy menait par 16 à 0 au terme d’une domination nette et sans partage de la part du XV haut savoyard. Le tableau aurait été complet sans un échec de JORDAN sur une pénalité bottée du coin gauche et qui frôla les montants ardéchois (24ème). De la pure coquetterie en somme tant le pied de l’ouvreur annécien s’est montré efficace et avisé tout au long du premier acte. La première alerte sérieuse pour le camp annécien interviendra en toute fin de première mi-temps, lorsque un ballon perdu par la mêlée annécienne à l’entrée de ses propres 22m, verra DURIF partir dans le côté fermé et lancer FOUGEDOIRE à l’assaut de la ligne d’essai annécienne en prélude d’une rude séance de pilonnage intensif de la ligne d’essai haut savoyarde. Au terme de plusieurs pénaltouches jouées aux 5m annéciens et d’un carton blanc attribué à REGHIS alors que les deux équipes évoluaient déjà à 14 contre 14 à la suite de l’exclusion temporaire de KUTIL et de MOREAU pour nervosité, Annecy allait finir par céder face aux tentatives de passage en force du pack albenassien. La 3ème pénaltouche écroulée par le pack annécien sera la bonne, l’arbitre de la rencontre accordant un essai de pénalité aux ardéchois (40ème) alors que le pack annécien faisait mieux que de résister à la puissance de feu locale soutenue par tout un stade qui reprenait espoir.

Ainsi, à la pause, les albenassiens avaient un peu sauvegardé les apparences en n’étant menés que par 16 à 7 par de gaillards annéciens et conservait finalement toutes leurs chances de qualification, leur objectif étant certes plus compliqué à atteindre, mais néanmoins toujours réalisable, à savoir inscrire 17 points aux annéciens pour se qualifier.

Et dès la reprise, les locaux vont intensifier leur pressing en contrant le coup de pied de dégagement de LALOO consécutif au coup d’envoi botté par les ardéchois. Aubenas campait donc résolument dans le camp annécien et tentait d’emblée de jeu de combler son retard sur des annéciens placés dans l’obligation de se cantonner à de strictes tâches défensives. Ainsi, vit-on GERIN échouer dans une tentative de drop goal des 30m face (44ème), puis CHAZEL initier une relance et alerter ROLLAND d’une longue passe sur le côté droit pour un déboulé de l’ailier albenassien qui déboucha sur un en-avant de passe à quelques mètres de l’en-but annécien (48ème). La menace ardéchoise se faisait de plus en plus grande, de plus en plus précise, Annecy ayant plus de difficultés à garder ses propres munitions et multipliait les fautes, permettant ainsi à Aubenas de squatter les 22m alpins jusqu’à ce que GERIN inscrive 3 points supplémentaires au tableau d’affichage à la suite d’un placage dangereux. Des 30m face, le buteur ardéchois ne se fie pas prier pour rapprocher son équipe à 6 points des annéciens (10 – 16 à la 53ème). Heureusement, après que la défense haut savoyarde ait connu un inquiétant mais légitime flottement sous la horde et la furia du pack local entêté à multiplier les ballons portés pour tenter de forcer la décision, cette dernière parvint à rétablir l’équilibre grâce à l’apport de sang frais apporté par l’entrée en jeu des remplaçants. Les HETTICH, BATIGNE, PERRET, RUYS et BOGDANOFF vont permettre au pack haut savoyard de reprendre son pressing défensif de la première période, son travail de destruction massive en contraignant les albenassiens à passer systématiquement par le sol pour impulser leurs mouvements alors que leurs lancements de jeu favoris s’articulaient le plus souvent autour de ballons portés, en repoussant les charges des avants locaux en leur faisant de nouveau subir l’impact, la virulence et la tonicité de leurs placages au point que Annecy subira, certes, la domination territoriale locale mais sans subir une pression démesurée de la part d’albenassiens dont les espoirs de qualification s’amenuisaient au fur et à mesure que le temps s’écoulait. N’ayant pas la charge de la production du jeu, Annecy jouera  le coup avec intelligence tactique en utIlisant le jeu au pied d’occupation sur les ailes, en jouant plus souvent dans les côtés fermés afin de ne pas se découvrir ni donner l’occasion à Aubenas d’enflammer la partie, Mieux même, c’est JORDAN qui aura la meilleure opportunité de faire évoluer le score, mais sa tentative de pénalité bottée des 40m droite échouera sur la base du poteau droit (59ème). Preuve que Annecy gérait plutôt bien son affaire, jusqu’à ce que les ardéchois ne se lancent dans un ultime baroud d’honneur à l’entrée du dernier quart d’heure du temps réglementaire qui verra L’HOSPITAL être expulsé temporairement. Aubenas en profitera pour tirer ses dernières cartouches en insistant toujours sur les ballons portés autour de PLATARET et de DELLONG, les charges au sein de la défense locale dans le sillage de SOULLIER et de MOREAU mais rien n’y fera, il manquera toujours quelques mètres aux locaux pour mettre à la raison ces vaillants annéciens qui plaquaient comme des damnés, remuaient de la viande ardéchoise à tour de bras, tirant les barbelés pour boucher tous les espaces au moyen d’un rideau défensif totalement hermétique et imperméable quitte à faire des fautes afin de ralentir la furia locale et parvenir à estomper cette poussée de fièvre locale même pendant les 6 minutes de temps additionnel accordé par le corps arbitral, rendant cette fin de match stressante et absolument interminable tant l’exploit inimaginable était à portée de la main, au bout de leurs efforts.

Et finalement, au bout du bout du temps additionnel, le coup de sifflet final viendra libérer la joie de cette fière et remarquable escouade annécienne venue, en terre albenassienne, assurer une nouvelle victoire, ce que personne n’avait fait cette saison, tout en assurant sa qualification pour les ¼ de finale du Championnat de France, synonyme d’accession à la Fédérale 1 la saison prochaine, 1 an seulement après l’avoir quittée. Et de quelle manière, en surmontant le désavantage de devoir jouer le match retour en terrain ennemi, qui plus est face à un adversaire redoutable qui a présenté une belle équipe, solidement charpentée au niveau du pack et qui n’avait jamais connu la défaite cette année sur son terrain. L’exploit signé de la part des annéciens est remarquable tant ils ont su mettre dans cette rencontre les ingrédients indispensables à cet exploit mêlant courage, générosité dans l’effort, intensité au combat, solidarité en défense, opportunisme, sang froid et justesse tactique pour mettre à profit les difficultés ardéchoises à rentrer dans cette rencontre. Une performance majuscule pour un match d’une importance capitale, sachant que Annecy sera la seule équipe de ses 8ème de finale à faire chuter un 1er de poule, signe de l’importance du match retour disputé à la maison. La fête pouvait être belle et le retour en Haute Savoie en cette journée noire sur les routes, grise dans le ciel, devenir bleue et blanche, l’objectif de la saison étant désormais atteint.

Pour autant, le championnat n’est pas terminé. Un 11ème match consécutif attend désormais les annéciens dès ce dimanche sur terrain neutre pour les retrouvailles avec le CS Vienne, également promu en Fédérale 1, pour une belle qui sera certainement le théâtre d’un très beau match de rugby tant leur dernière confrontation avait été d’un très haut niveau de jeu. Et comme, il ne subsistera que la pression d’aller chercher un titre honorifique de champion, la confrontation devrait une nouvelle fois atteindre des sommets. Une occasion également dans chaque camp d’admirer et de rendre hommage à de grands joueurs et à 2 très belles équipes de rugby. Champagne ! !

Tagged: , , , , , , , , , , ,