Zoé Blanc et Pierre-Loup Bouquet tirent leur révérence

Zoé BLANC & Pierre-Loup BOUQUET - © TORCHIO Sébastien

Il y a quelques mois, Zoé Blanc & Pierre-Loup Bouquet ont choisi de raccrocher les patins après une carrière, peut-être un peu trop courte, mais durant laquelle ils auront su marquer de leur empreinte la danse sur glace. Quels sont les amateurs de la discipline qui ne se souviennent pas de leur show sur Louise Attaque ou plus récemment de leur programme interprété sur Grand Corps Malade ?  Aussi généreux sur et en dehors de la glace, ils ont accepté de répondre une dernière fois à notre sollicitation.

AIS : Il y a quelques mois, vous avez choisi de vous retirer de la danse sur glace. Pourquoi ce choix ?

Zoé Blanc & Pierre-Loup Bouquet : C’est un choix difficile à expliquer en quelques lignes mais nous essaierons d’être le plus précis possible.

Nous avions depuis quelques temps des difficultés en termes de compétitions et de résultats. Des déceptions de plus en plus importantes et de plus en plus difficiles à comprendre. Nous en sommes arrivés à un point ou nous ne trouvions plus vraiment notre place dans ce milieu de la compétition. La nouveauté n’est pas facile à soumettre dans le milieu conservateur qu’est la danse sur glace.

AIS : Cette décision était-elle « préparée » ?

ZB & PLB : Préparée ou réfléchie ? Bien sûr que cette décision était réfléchie. On n’arrête pas une carrière sur un coup de tête !!! La saison précédant l’année de notre arrêt avait été difficile. Nous avions eu des coups durs à encaisser mais nous étions néanmoins toujours prêts et forts pour affronter les difficultés. Jusqu’au moment où nous avons été trop fortement touchés, au point de nous décourager.

AIS : Est-elle définitive ?

ZB & PLB : Oui. Nous ne reviendrons plus dans la compétition. Pas de come-back prévu !!!

AIS : Malgré l’adhésion du public, le vent de modernisme que vous tentiez d’insuffler à la danse sur glace n’a jamais été bien perçu par les juges. Selon vous, votre travail, même inachevé, va-t-il porter ses fruits pour les jeunes couples à venir ?

ZB & PLB : Porter ses fruits est un grand mot. Nous ne nous estimons pas les précurseurs du modernisme dans le patinage. Nous ne sommes pas les premiers et ne serons pas les derniers, mais, si certains de nos programmes ont donné l’envie à d’autres d’innover en explorant de nouveaux horizons chorégraphiques, nous en sommes ravis !

AIS : D’où vous venaient cette inspiration, et ces choix de musique ?

ZB & PLB : Notre originalité, nous la devons à notre prof  Karine ARRIBERT NARCE. C’est à elle qu’il faudrait demander. C’est une artiste qui a la tête pleine de merveilleuses idées. Son inspiration vient de beaucoup de choses, elle est très cultivée et possède une vraie richesse chorégraphique.

Zoé Blanc & Pierre-Loup Bouquet sur Louise Attaque - © TORCHIO Sébastien

AIS : Quels souvenirs garderez-vous de ces différentes saisons écoulées ?

Il y en a énormément :

Zoé : Je me rappellerai longtemps de nos premiers championnats du monde. Premier entrainement officiel avec les Russes (Koklova & Noviski et Domnina & Chabalin) et les Français (Isabelle & Olivier et Nathalie & Fabian) à nos côtés sur la glace. Nous passons nos programmes en musique, je reviens au bord de piste les larmes aux yeux à me dire que nous y sommes. NOUS à côté de grands champions comme Domnina & Chabalin. C’était beaucoup d’émotions à vivre ensemble, avec Pierre Loup et Karine.

Mais de toutes ces années passées ensemble ce que je garde le plus en mémoire c’est tous nos moments d’échanges, de rires et d’émotions, pendant notre quotidien à l’entrainement.

Pierre-Loup : Chaque année nous prenions beaucoup de plaisirs lors du montage des programmes. Du choix de la musique, à l’aboutissement de la chorégraphie et des costumes. C’était un travail passionnant au quotidien ! Les chorégraphies décalées de Karine étaient plus surprenantes les unes que les autres. Lors d’un stage, que nous faisions aux Etats-Unis avec Igor Shpilband (entraîneur des champions et vice-champions olympique), nous lui avions montré notre programme long encore inachevé sur Grand corps malade, car nous voulions qu’il monte certaines parties. Il avait adoré, mais disait ne pas pouvoir monter le reste de la chorégraphie de peur d’en changer le style.

AIS : La danse sur glace n’était pas votre unique discipline. Villard-de-Lans, où vous êtes licenciés, possède également une section de ballet sur glace qui a été couronnée champion de France. Vous faisiez partis de cet effectif. Allez-vous reprendre votre place au sein du groupe ?

Il est difficile de tout concilier.

Zoé : Je reprends mes études à Lyon donc il va m’être très difficile de pouvoir revenir régulièrement. Mais l’équipe est toujours existante et repart avec de nouveaux membres et de nouveaux programmes que je suis impatiente de découvrir.

Pierre Loup : J’ignore encore si je vais rester sur Villard pendant la saison à venir. Cela dépendra des opportunités qui s’offrent à moi (shows, coaching), mais si j’en ai la possibilité, je ferai le ballet cette année.

AIS : Les galas étaient pour vous un formidable moyen d’exprimer votre « liberté » sur la glace. Allez-vous poursuivre vos exhibitions ?

ZB & PLB : Dans la mesure du possible, OUI. Nous ferons de notre mieux pour faire des galas. C’est effectivement pour nous un moyen superbe de continuer à se faire plaisir et à communiquer avec le public qui nous a suivi toutes ces années.

AIS : Où serez-vous prochainement ?

ZB & PLB : Nous serons très certainement aux galas de Courchevel et Villard cet hiver.

Nous leur souhaitons bonne chance dans la réussite de leurs nouveaux projets et un grand merci pour ce vent de fraîcheur insufflé durant toutes ces années passées sur la glace.

English version