Entretien avec Tiffany Zahorski et Alexis Miart

Tiffany Zahorski & Alexis Miart - © TORCHIO SébastienLors des derniers championnats de France élite de patinage artistique, qui se déroulaient à Dammarie-lès-Lys, un jeune couple de danse sur glace, en provenance de Lyon, a particulièrement retenu notre attention – nous n’étions d’ailleurs pas les seuls. Récompensé par une médaille de bronze à la fin du week-end, nous avons sauté sur l’occasion pour en connaître un peu plus sur ce jeune couple, probablement amené à refaire parler de lui dans les années à venir.

Annecy Infosports : Tiffany et Alexis 1er championnat en catégorie senior et déjà une médaille.

Tiffany Zahorski & Alexis Miart : Oui, c’est très bien comparé aux années passées. Nous avons de la chance d’avoir obtenu cette place. C’est une bonne performance pour une 1ère c’est très bien.

AIS : Comment avez-vous préparé cette compétition ?

TZ & AM : Cela fait 3 à 4 semaines que nous patinons vraiment à fond ensemble, on s’est dit qu’il fallait faire au maximum et que même si ce n’est pas du top niveau cela devrait être correct. On souhaitait avant tout donner une bonne impression, notamment aux gens qui nous aiment bien et ainsi se rassurer dans notre progression. Que l’on voit qu’on avance bien.

AIS : Cela ne fait que 3 saisons que vous patinez ensemble et ça fonctionne déjà pas mal et ce malgré votre grave blessure Alexis (*).

TZ & AM : Il est vrai que ça fonctionne très bien. Je reviens de blessure et elle a été patiente. Elle m’a attendu. Il a fallu qu’elle patine seule pendant 2 mois et demi, alors que j’effectuais mes séances de kiné ou de rééducation. 1 mois et demi de plâtre ce fut un peu long et j’ai eu du mal à me remettre dedans, mais ensuite il a fallu s’entraîner à fond pour être plus ou moins prêts ici. Visiblement cela à plutôt fonctionné.

Tiffany Zahorski & Alexis Miart - © TORCHIO SébastienAIS : Lorsque l’on regarde votre palmarès, on remarque une 4ème place aux mondes juniors de l’an dernier. Est-ce que cette année ces mondiaux seront un objectif ? C’est un évènement inscrit dans le coin de votre tête ?

TZ & AM : Les mondiaux Juniors ? Absolument pas. Du fait de notre qualification aux championnats d’Europe senior, nous allons poursuivre dans cette catégorie. De plus nous n’avons pas travaillé nos programmes juniors, donc notre retard sera difficile à rattraper. Ca risque d’être chaud ! C’est toutefois envisageable, mais nous visons réellement les championnats d’Europe. De plus il y a les JO dans 2 ans et demi, à Sotchi, et il faut que nous commencions à nous montrer dès maintenant pour envisager une participation à ces jeux. C’est une opportunité que nous devons saisir. Pour nous ce n’est absolument pas un sacrifice d’être « surclassés ». Aujourd’hui quand on regarde l’âge des champions du monde ou des champions olympiques, il faut que nous soyons prêts plus tôt pour intégrer le haut du classement mondial. Malheureusement, si vous restez en catégorie junior vous restez anonymes, même si vous obtenez un bon classement. Autant travailler un peu plus dur et commencer à se faire repérer en senior.

AIS : Vous appartenez au club de Lyon, avec des prédécesseurs comme Isabelle Delobel & Olivier Schoenfelder, Marina Anissina & Gwendal Peizeirat. N’y-a-t-il pas une trop grosse pression à patiner derrière de tels monuments du patinage français, et avec des entraineurs aussi titrés (**) ?

TZ & AM : Au contraire, c’est beaucoup plus excitant. Ils ont beaucoup d’expérience et ils peuvent vraiment nous aider dans notre conquête de médaille. C’est à nous de suivre et de travailler comme ils nous le demandent. Aujourd’hui ça marche très bien, ils font tout avec nous et nos duos s’entendent très bien. De plus, nous avons la chance d’être le seul couple français sur Lyon, il y a donc une grande attention sur nous et ça c’est vraiment bien. Les échanges avec les couples d’autres pays sont enrichissants, car ils viennent avant tout pour travailler et cela nous permet d’observer pour ainsi mieux progresser, mieux patiner.

AIS : Justement vous arrivez à une période propice, puisque nous avions le sentiment qu’en danse sur glace, la France allait connaître un « coup de mou », ce qui n’était pas arrivé depuis quelques décennies … Est-ce que vous ressentez finalement cette attente du public et également certainement, celle de la fédération française ?

TZ & AM : Oui et non. On sent que les gens attendent beaucoup de nous. Mais ce n’est pas vraiment une pression. C’est ce qui nous permet de travailler et même s’il y a effectivement beaucoup d’attente à plusieurs niveaux, ce n’est pas ce qui fera que l’on patinera bien ou mieux. Nous avons notre propre patinage et il est différent des autres. Il ne faut pas nous regarder avec cet esprit de comparaison. C’est une émulation de savoir qu’on compte sur nous. Une grande motivation. Ce sera déjà très bien si on nous considère comme les autres.

(*) Alexis Miart s’est brisé la cheville au court de la saison 2010-2011

(**) Tiffany Zahorski et Alexis Miart  sont entraînés par la paire Muriel Zazoui et Romain Haguenauer, médaillés olympique et mondiaux avec les couples Isabelle Delobel & Olivier Schoenfelder et Marina Anissina & Gwendal Peizeirat